Catégorie : Billets

0

88 miles in May (un album photo de voyage)

Mon téléphone me le dit: j’ai marché 88 miles en mai. Il a abandonné les kilomètres de lui-même. Il savait. C’est surtout un chemin, le matin et le soir, qui s’est gravé dans mes pieds, mes jambes, mes yeux. Photo après photo je me suis surprise à essayer de le dire en le montrant et je l’ai montré en le vidant. J’ai parlé des absentes et des absents, qui n’y étaient pas, Ceci est le coin préféréTM des étudiantes et étudiants pour se faire photographier après leur graduation. Il y a plus de monde à 18h qu'à 8h du matin…...

Page d'accueil du site web Naigeon's Diderot 0

Naigeon (dans son élément)

Diderot est un bot, depuis 2018. Pas du pied, mais du manuscrit de Léningrad. Et je le prouve (on est matérialiste ou on ne l’est pas): Je reçois donc chaque jour la sagesse diderotienne du manuscrit des Eléments de physiologie distillée, en allemand, et en 280 caractères, par la grâce dudit bot. Cela reste mystérieux, parfois: Die erste ist eine Wirkung der Empfindlichkeit, des organischen Baus, des Lebens. — Denis Diderot (Elemente der Physiologie) (@diderotbot) May 17, 2022 Dramatique, à l’occasion: „Sie haben dem Mann wohl geraten, die Krankheit seiner Frau zu simulieren?“ – Wahrhaftig. – „Und schon vergißt jene...

0

Vollständig Geimpfte dürfen (enfin quelque chose de drôle)

Oui, parce que globalement tout est sinistre. Les gens sont énervés (encore). J’ai pris des mesures, drastiques mêmes, en arrêtant de suivre presque une centaine de personnes. Pour éviter toute cette angoisse qui vous prend à la gorge. Pour retrouver un peu de légèreté (il en faut). On fait comme on peut. D’abord, il faut que je vous présente un bot: Satire darf, la satire a le droit de. Les phrases commencent toujours par Satire darf et sont complétées à partir du dictionnaire en ligne DWDS et de ses exemples. Les publications sont régulières, plusieurs fois par jour. Le style...

0

Etre Hanna ou ne pas être (une life twitter-style)

Il se passe des choses. Je veux dire, pour moi. Et ce n’est même pas vraiment de ma faute.  Et encore, ça fut pire. Enfin, mieux. Enfin, plus. C’est à cause de lui, là:  Pourquoi lui? Pourquoi moi?  Pourquoi moi, parce que je suis Hanna, enfin ich bin Hanna. Hanna, c’est la petite meuf qui incarne les chercheur·es moisissant dans le précariat. C’est sympa d’avoir dessiné une petite meuf jeune. C’est pratique. En plus, Hanna, elle est pas si rageuse. Elle en a juste marre. Elle fait bien le petit sourire gentil pour la caméra, mais elle en a ras-la-casquette,...

0

Un canard bavard et du rap à rallonge

On ne sait plus comment inventer. On peut toujours lancer des défis, certes. Vos trois auteurs préférés. Des films, des recettes, des félins. Des images à commenter. Des gens qui réussissent, et des gens fatigués. #Twitter2020, pas bien drôle… Pire encore: Dans le cadre du cours Usages pédagogiques et culturels du numérique, vous êtes invité.es à développer un projet de publication sur une plateforme de votre choix et à réfléchir aux modes d’interaction avec votre public. #Twitter2020, toujours moins drôle: une consigne de cours. Sauf que, en fait, si. C’est drôle et plein d’idées. D’abord il y a un canard...

0

La fatigue

Ca a d’abord été une grande vague de lassitude, dès potron-minet. Quelle fatigue. https://t.co/GJc1AGgboT — Dr. Julie Tramonte (@JTram_) May 15, 2020 Quelle fatigue #Soutien — Nathalie Raoux (@RaouxNathalie) May 15, 2020 La fatigue. (Cette condescendance…) https://t.co/Yo9jyfdcuO — Brooklynbridge 🐘 (@pontdebrooklyn) May 15, 2020 grosse fatigue. https://t.co/rlThPoAZFu — Ingrid Falque (@ingfalque) May 15, 2020 Fatigue… https://t.co/K2UR4hLvES — Juliette Lancel (@Oniromanie) May 15, 2020 Fatigant, ça l’est, de devoir toujours, et encore, dire, et redire. Ca pique, même fleuri: #LeCulLesRonces 🙄 — Moineau confinée (@TiteMoineau) May 15, 2020 Mais après la lassitude, dit-elle (je crois), vient le temps du dégoût, et...

0

Jour 1/7

Le jour 1 il faut faire les choses bien. Pas tout mettre sens dessus dessous d’emblée, ou bien? #PhotosOfMyLife Day 1/7 * one picture per day for one week* no people, no explanations I was invited by @BitVeganer Today I invite @Fazer_DDorf pic.twitter.com/HyqpN7vBHz — tauchersven1 (@tauchersven11) May 11, 2020 Règle 1, lire les règles. On les a déjà vu passer, mais cette fois il ne faut rien laisser au hasard. Pas d’explications, pas d’humains. Une photo par jour, jour après jour, pendant sept jours – réfraction de la vie qui passe, telle qu’elle est. C’est simple, efficace, économique, beau comme...

0

Les lieux de traverse

Les perches se tendent différemment. On vous alpague d’un @ pour vous demander, pour vous dire, pour vous faire bondir, pour vous faire regretter d’avoir regardé, pour vous faire regarder encore plus, pour oublier ce que vous étiez en train de faire, pour perdre le fil, pour en attraper un autre, le suivre, le suivre encore. Mais qu’est-ce qu’il raconte, ça n’a aucun intérêt, allez on continue quand même… et puis à un moment on décroche, il faut bien. La tyrolienne dévalée, on se retrouve en bas à pied de grue. Rien de nouveau même en rafraîchissant, mais où en...

0

On ne se fâche pas, on

On ne se fâche pas, on ne s’énerve pas. Presque. C’est du gros bouillon, dans la cocotte minute. N’a pas le confinement léger qui veut. Et même à vouloir, on peut peu. Sans tambour ni trompettes, juste les casseroles de 20 heures, un sifflet, un klaxon, pour accompagner les cloches à la volée. Et puis les banderoles aux fenêtres ici et là, qui disent: Merci. Du fric. Cassez pas tout.  Il n’y a plus de lieu pour crier sa colère, la rue s’est envolée, et personne pour entendre, sauf à poster son selfie casserole à 20 heures. En direct de...

0

Miaou

Ce n’est pas qu’on s’ennuie, c’est juste que le temps s’étire, comme une pâte à pizza qu’on aurait faite soi-même parce que, tiens, justement, on a le temps. Ou alors on n’a le temps de rien et quand on s’y met on a à peine le temps de s’y mettre qu’il est déjà reparti.  C’est à la fois lent et rapide, un ralenti en accéléré. On prend le temps de s’étirer avant de se lever, de se scruter au quotidien (les rides arrivent plus vite, ou bien?), de regarder l’herbe pousser; on en replante au besoin comme ça on voit...

0

La pomme et la discorde

Ca s’est passé d’un coup, de se retrouver en tête-à-tête avec la petite pomme. Elle scintillait dans la nuit tombante de la fin de printemps, éclairant le petit oiseau dans le dos pendant qu’il piapiatait: pas touche, minouche, et gare à ton voisin. Et puis c’était donc juste plus que la pomme et nous. Et le petit oiseau. Mais le petit oiseau, je vous l’ai déjà raconté, il perd le fil. Il s’embrouille, et ne s’en débrouille pas, de tout ce lointain qui fait croire qu’on est plus près les unes des autres en se collant les doigts pleins de...

0

Ici et maintenant

Au début, il y avait la veille, et il y avait la lueur, cette petite étincelle de bonheur. Puis la veille était restée; la lueur, envolée. Depuis un moment, pour dire vrai. Avec la lueur, l’envie aussi était partie. La ferveur en berne, en 280 caractères.  Restait donc la veille, ce twitter des informations qui déboulent; et les vieux de la veille. Les vieilles, en fait. Les vieilles, et la veille: bonsoir, les amies!  La veille, je l’ai aimée, et puis moins. Ca communique, ça informe, on a un temps d’avance. On se sent savoir, ça regonfle de certitudes. On...

0

Croiser et recroiser

Je me souviens comme si c’était hier, ici déjà, ici les mots, les pas se croisaient, en fils tendus, souris éperdue dans la nuit noire. Ici même, au coin de la rue. Cooptée dans le grand amphithéâtre, cooptée pour monter. Un fil tendu, deux fils qui se croisent, vers quoi? Un retour, déjà alors.   Alors, je sais bien pourquoi c’était ailleurs, même si c’était ici, et une autre histoire, même si c’est la même. Il fallait en être. Lire des entrefilets, minuscules, 140 caractères, leur parler en retour. Ecrire à pas de souris. Il en fallait tant et tant,...

0

Un compte à dormir debout

Passant insensiblement du mépris à l’inquiétude, les réfractaires à twitter commencent à s’inquiéter. Il est vrai que la tendance inflationnaire à intégrer des tweets dans des articles de presse prend des proportions nouvelles, en particulier depuis l’élection d’un tweeteur impulsif à la Maison Blanche. À force, quelques règles du jeu sont connues. On sait pour les 140 caractères. On devine bien, vu le niveau de certains tweets, que leur temps de rédaction et d’envoi est comprimé, comparable à la réaction d’un enfant à une vexation: billet retour avant d’avoir tourné songé aux conséquences. Mais de là à apprécier un article de presse...

0

César Salade

Ca a dégainé vite, quand BFM-TV a mal retranscrit un discours de Bruno Le Maire et transformé “Les femmes” en “Nos femmes” dans un livetweet d’un discours tenu par ce dernier. Le feu a pris à grande vitesse, la polémique s’est embrasée avant d’avoir eu le temps de dire ouf, tant et si bien qu’il ne restait, sur les décombres fumantes du débat, plus qu’à dire oups, comme par exemple ici dans Libération avec la lucidité de 24 heures de recul. Oups, en fait, on n’avait pas vérifié la source de la citation, regardé par soi-même le film du discours, avant...