Catégorie : Billets

0

La fatigue

Ca a d’abord été une grande vague de lassitude, dès potron-minet. Quelle fatigue. https://t.co/GJc1AGgboT — Dr. Julie Tramonte (@JTram_) May 15, 2020 Quelle fatigue #Soutien — Nathalie Raoux (@RaouxNathalie) May 15, 2020 La fatigue. (Cette condescendance…) https://t.co/Yo9jyfdcuO — Brooklynbridge 🐘 (@pontdebrooklyn) May 15, 2020 grosse fatigue. https://t.co/rlThPoAZFu — Ingrid Falque (@ingfalque) May 15, 2020 Fatigue… https://t.co/K2UR4hLvES — Juliette Lancel (@Oniromanie) May 15, 2020 Fatigant, ça l’est, de devoir toujours, et encore, dire, et redire. Ca pique, même fleuri: #LeCulLesRonces 🙄 — Moineau confinée (@TiteMoineau) May 15, 2020 Mais après la lassitude, dit-elle (je crois), vient le temps du dégoût, et...

0

Jour 1/7

Le jour 1 il faut faire les choses bien. Pas tout mettre sens dessus dessous d’emblée, ou bien? #PhotosOfMyLife Day 1/7 * one picture per day for one week* no people, no explanations I was invited by @BitVeganer Today I invite @Fazer_DDorf pic.twitter.com/HyqpN7vBHz — tauchersven1 (@tauchersven11) May 11, 2020 Règle 1, lire les règles. On les a déjà vu passer, mais cette fois il ne faut rien laisser au hasard. Pas d’explications, pas d’humains. Une photo par jour, jour après jour, pendant sept jours – réfraction de la vie qui passe, telle qu’elle est. C’est simple, efficace, économique, beau comme...

0

Les lieux de traverse

Les perches se tendent différemment. On vous alpague d’un @ pour vous demander, pour vous dire, pour vous faire bondir, pour vous faire regretter d’avoir regardé, pour vous faire regarder encore plus, pour oublier ce que vous étiez en train de faire, pour perdre le fil, pour en attraper un autre, le suivre, le suivre encore. Mais qu’est-ce qu’il raconte, ça n’a aucun intérêt, allez on continue quand même… et puis à un moment on décroche, il faut bien. La tyrolienne dévalée, on se retrouve en bas à pied de grue. Rien de nouveau même en rafraîchissant, mais où en...

0

On ne se fâche pas, on

On ne se fâche pas, on ne s’énerve pas. Presque. C’est du gros bouillon, dans la cocotte minute. N’a pas le confinement léger qui veut. Et même à vouloir, on peut peu. Sans tambour ni trompettes, juste les casseroles de 20 heures, un sifflet, un klaxon, pour accompagner les cloches à la volée. Et puis les banderoles aux fenêtres ici et là, qui disent: Merci. Du fric. Cassez pas tout.  Il n’y a plus de lieu pour crier sa colère, la rue s’est envolée, et personne pour entendre, sauf à poster son selfie casserole à 20 heures. En direct de...

0

Miaou

Ce n’est pas qu’on s’ennuie, c’est juste que le temps s’étire, comme une pâte à pizza qu’on aurait faite soi-même parce que, tiens, justement, on a le temps. Ou alors on n’a le temps de rien et quand on s’y met on a à peine le temps de s’y mettre qu’il est déjà reparti.  C’est à la fois lent et rapide, un ralenti en accéléré. On prend le temps de s’étirer avant de se lever, de se scruter au quotidien (les rides arrivent plus vite, ou bien?), de regarder l’herbe pousser; on en replante au besoin comme ça on voit...

0

La pomme et la discorde

Ca s’est passé d’un coup, de se retrouver en tête-à-tête avec la petite pomme. Elle scintillait dans la nuit tombante de la fin de printemps, éclairant le petit oiseau dans le dos pendant qu’il piapiatait: pas touche, minouche, et gare à ton voisin. Et puis c’était donc juste plus que la pomme et nous. Et le petit oiseau. Mais le petit oiseau, je vous l’ai déjà raconté, il perd le fil. Il s’embrouille, et ne s’en débrouille pas, de tout ce lointain qui fait croire qu’on est plus près les unes des autres en se collant les doigts pleins de...

0

Ici et maintenant

Au début, il y avait la veille, et il y avait la lueur, cette petite étincelle de bonheur. Puis la veille était restée; la lueur, envolée. Depuis un moment, pour dire vrai. Avec la lueur, l’envie aussi était partie. La ferveur en berne, en 280 caractères.  Restait donc la veille, ce twitter des informations qui déboulent; et les vieux de la veille. Les vieilles, en fait. Les vieilles, et la veille: bonsoir, les amies!  La veille, je l’ai aimée, et puis moins. Ca communique, ça informe, on a un temps d’avance. On se sent savoir, ça regonfle de certitudes. On...

0

Croiser et recroiser

Je me souviens comme si c’était hier, ici déjà, ici les mots, les pas se croisaient, en fils tendus, souris éperdue dans la nuit noire. Ici même, au coin de la rue. Cooptée dans le grand amphithéâtre, cooptée pour monter. Un fil tendu, deux fils qui se croisent, vers quoi? Un retour, déjà alors.   Alors, je sais bien pourquoi c’était ailleurs, même si c’était ici, et une autre histoire, même si c’est la même. Il fallait en être. Lire des entrefilets, minuscules, 140 caractères, leur parler en retour. Ecrire à pas de souris. Il en fallait tant et tant,...

0

Un compte à dormir debout

Passant insensiblement du mépris à l’inquiétude, les réfractaires à twitter commencent à s’inquiéter. Il est vrai que la tendance inflationnaire à intégrer des tweets dans des articles de presse prend des proportions nouvelles, en particulier depuis l’élection d’un tweeteur impulsif à la Maison Blanche. À force, quelques règles du jeu sont connues. On sait pour les 140 caractères. On devine bien, vu le niveau de certains tweets, que leur temps de rédaction et d’envoi est comprimé, comparable à la réaction d’un enfant à une vexation: billet retour avant d’avoir tourné songé aux conséquences. Mais de là à apprécier un article de presse...

0

César Salade

Ca a dégainé vite, quand BFM-TV a mal retranscrit un discours de Bruno Le Maire et transformé « Les femmes » en « Nos femmes » dans un livetweet d’un discours tenu par ce dernier. Le feu a pris à grande vitesse, la polémique s’est embrasée avant d’avoir eu le temps de dire ouf, tant et si bien qu’il ne restait, sur les décombres fumantes du débat, plus qu’à dire oups, comme par exemple ici dans Libération avec la lucidité de 24 heures de recul. Oups, en fait, on n’avait pas vérifié la source de la citation, regardé par soi-même le film du discours, avant...

0

L’arbre qui cache l’aphorisme

Plantés en forêt, version amazonienne toutes espèces confondues, Brexit, Euro de football, été pourri, attentats, conventions républicaine et démocrate, les événements remplissent twitter. C’est dru, c’est dense, on s’y oriente à peine. Il faut une bonne boussole et de quoi élaguer. Mais que cherché-je ici? L’explication des sirènes de pompier au bout de ma rue? Les raisons du mouvement de panique à l’entrée du RER? Je les y trouve. Mais sérieusement, que cherché-je ici? Ça? La précipitation des événements et ma vie dans ces deux pays, et ces deux capitales, semblent avoir transformé twitter en flot d’information en prise directe sur...

0

Les miettes du monde (liar, liar, pants on fire)

Alors que Twitter devient pour beaucoup d’entre nous une source d’informations parmi d’autres, on dirait bien que les garde-fous ont été oubliés au passage. Les miettes d’information s’amoncellent en montagnes de désinformation. Avons-nous à ce point désappris à mettre en question, à vérifier, à interroger, pour que la masse suffise à faire preuve?

0

Des canards

Les 140 caractères se sont mués en 140 pages et plus: la première reprise de mon inédit s’achève. Et je me demande: pourquoi twitter au milieu de cette épopée? Twitter est devenu comme une sucrerie, le genre canard, petit sucre gorgé de café à laisser fondre sur la langue en se disant qu’on ne devrait pas, et en essayant de se rappeler comment c’était, enfant, de glaner un canard sans avoir à se dire qu’on ne devrait pas.

0

Le nom et l’être

Dans ma timeline, il y a des gens qui se cachent derrière un pseudonyme: parfois je sais qui c’est, parfois je me dis que je devrais avoir reconnu les gens, mais je ne sais pas. Cela concerne finalement un nombre considérable de personnes avec qui j’échange. À tâtons, donc. Il y a aussi des personnalités sur twitter dont l’anonymat fait la force (Maître Éolas en France, Erbloggtes dans le milieu scientifique germanophone). Ils ont si bien réussi à construire leur personnage numérique que c’est le charme de la chose de ne pas en savoir plus. Il y a des indices parfois...

0

Photos d’une ville, photos d’une vie

J’avoue: twitter ne m’inspire plus beaucoup ces derniers temps. Quelque chose s’est usé, rien de neuf, rien qui saute aux yeux dans ce défilé des messages qui continue inlassablement à s’allonger. Je ne quitte personne, je rajoute quelques poètes en tweets, je lis, j’explore, je zappe, je reconstruis des discussions, je voudrais  m’y plonger, mais finalement m’y ennuie. La seule chose qui m’attire encore l’oeil, ce sont les images de beaux livres ou de détails de manuscrits. Je voulais d’ailleurs écrire un post de blog à ce sujet, sur les fait que certaines images semblent faites pour êtres tweetées. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search