Archive du mois : avril 2020

0

On ne se fâche pas, on

On ne se fâche pas, on ne s’énerve pas. Presque. C’est du gros bouillon, dans la cocotte minute. N’a pas le confinement léger qui veut. Et même à vouloir, on peut peu. Sans tambour ni trompettes, juste les casseroles de 20 heures, un sifflet, un klaxon, pour accompagner les cloches à la volée. Et puis les banderoles aux fenêtres ici et là, qui disent: Merci. Du fric. Cassez pas tout.  Il n’y a plus de lieu pour crier sa colère, la rue s’est envolée, et personne pour entendre, sauf à poster son selfie casserole à 20 heures. En direct de...

0

Miaou

Ce n’est pas qu’on s’ennuie, c’est juste que le temps s’étire, comme une pâte à pizza qu’on aurait faite soi-même parce que, tiens, justement, on a le temps. Ou alors on n’a le temps de rien et quand on s’y met on a à peine le temps de s’y mettre qu’il est déjà reparti.  C’est à la fois lent et rapide, un ralenti en accéléré. On prend le temps de s’étirer avant de se lever, de se scruter au quotidien (les rides arrivent plus vite, ou bien?), de regarder l’herbe pousser; on en replante au besoin comme ça on voit...

0

Le sable et la glycine

On s’éclipse furtivement, enfin on peut du moins, tous les jours un peu, pas trop loin: Déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, liés soit à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie. L’échappée belle! Trop longue pour un tweet, et donc mal ficelée, par définition, mais promesse d’aventure, à mille pas de chez soi. D’abord il...

0

La pomme et la discorde

Ca s’est passé d’un coup, de se retrouver en tête-à-tête avec la petite pomme. Elle scintillait dans la nuit tombante de la fin de printemps, éclairant le petit oiseau dans le dos pendant qu’il piapiatait: pas touche, minouche, et gare à ton voisin. Et puis c’était donc juste plus que la pomme et nous. Et le petit oiseau. Mais le petit oiseau, je vous l’ai déjà raconté, il perd le fil. Il s’embrouille, et ne s’en débrouille pas, de tout ce lointain qui fait croire qu’on est plus près les unes des autres en se collant les doigts pleins de...

0

Ici et maintenant

Au début, il y avait la veille, et il y avait la lueur, cette petite étincelle de bonheur. Puis la veille était restée; la lueur, envolée. Depuis un moment, pour dire vrai. Avec la lueur, l’envie aussi était partie. La ferveur en berne, en 280 caractères.  Restait donc la veille, ce twitter des informations qui déboulent; et les vieux de la veille. Les vieilles, en fait. Les vieilles, et la veille: bonsoir, les amies!  La veille, je l’ai aimée, et puis moins. Ca communique, ça informe, on a un temps d’avance. On se sent savoir, ça regonfle de certitudes. On...