Archive du mois : mai 2020

0

La fatigue

Ca a d’abord été une grande vague de lassitude, dès potron-minet. Quelle fatigue. https://t.co/GJc1AGgboT — Dr. Julie Tramonte (@JTram_) May 15, 2020 Quelle fatigue #Soutien — Nathalie Raoux (@RaouxNathalie) May 15, 2020 La fatigue. (Cette condescendance…) https://t.co/Yo9jyfdcuO — Brooklynbridge 🐘 (@pontdebrooklyn) May 15, 2020 grosse fatigue. https://t.co/rlThPoAZFu — Ingrid Falque (@ingfalque) May 15, 2020 Fatigue… https://t.co/K2UR4hLvES — Juliette Lancel (@Oniromanie) May 15, 2020 Fatigant, ça l’est, de devoir toujours, et encore, dire, et redire. Ca pique, même fleuri: #LeCulLesRonces 🙄 — Moineau confinée (@TiteMoineau) May 15, 2020 Mais après la lassitude, dit-elle (je crois), vient le temps du dégoût, et...

0

Jour 2/7

En retard! On est en retard! Le temps passe, les tweets s’effacent  dans leur habituelle autodestruction aléatoire, et la semaine des Photos De Ma Vie s’effiloche du souvenir en n’y prenant garde. J’oublie le jour, j’oublie l’heure. Et pourtant! Le jour compte (le Jour 3 surtout, mais nous n’y sommes pas encore), et l’heure compte aussi, l’heure de cette vie en photos, une photo par jour, sept jours durant, sans humains, sans explications. Dès le lever, la pression au café. Action! #PhotosOfMyLife Day2/7Jeden Tag ein Foto. Eine Woche lang. Keine Menschen, keine Erklärungen. Jeden Tag eine Einladung, sich zu beteiligen....

0

Jour 1/7

Le jour 1 il faut faire les choses bien. Pas tout mettre sens dessus dessous d’emblée, ou bien? #PhotosOfMyLife Day 1/7 * one picture per day for one week* no people, no explanations I was invited by @BitVeganer Today I invite @Fazer_DDorf pic.twitter.com/HyqpN7vBHz — tauchersven1 (@tauchersven11) May 11, 2020 Règle 1, lire les règles. On les a déjà vu passer, mais cette fois il ne faut rien laisser au hasard. Pas d’explications, pas d’humains. Une photo par jour, jour après jour, pendant sept jours – réfraction de la vie qui passe, telle qu’elle est. C’est simple, efficace, économique, beau comme...

0

Les lieux de traverse

Les perches se tendent différemment. On vous alpague d’un @ pour vous demander, pour vous dire, pour vous faire bondir, pour vous faire regretter d’avoir regardé, pour vous faire regarder encore plus, pour oublier ce que vous étiez en train de faire, pour perdre le fil, pour en attraper un autre, le suivre, le suivre encore. Mais qu’est-ce qu’il raconte, ça n’a aucun intérêt, allez on continue quand même… et puis à un moment on décroche, il faut bien. La tyrolienne dévalée, on se retrouve en bas à pied de grue. Rien de nouveau même en rafraîchissant, mais où en...